Nouveautés

LA CRYPTOGRAPHIE ET LA SECURITE DE L’INFORMATION

Les applications des mathématiques aux nouvelles technologies de l’information et de la communication sont en plein développement. Certaines modélisations et des théories de calcul scientifiques et numériques ont atteint une maturité suffisante pour en assurer la sécurité de tous les échanges électroniques à travers les réseaux y compris l’Internet et bâtir la confiance dans l’économie numérique et donner ainsi lieu à des applications significatives dans les domaines scientifiques et industrielles. Il est des registres scientifiques qui n’ont révélé leurs contenus et les vérités qui s’y rattachent que vers les dernières décennies du vingtième siècle. Il en va ainsi des connaissances livrées par les recherches portant sur les sciences de la vie et la société de l’information et de la communication, grâce à la mise à contribution des techniques d’investigation appliquées à la prospection des pistes du code secret de l’ADN et des réseaux de communications avec acheminement du texte, de la voix et de l’image.

De même, l’évolution rapide des nouvelles techniques de l’information et de la communication, dont l’impact annonce une révolution profonde des mentalités et des comportements, et présage d’une société sans frontières et impose déjà le recours à des procédures de sécurité, pour garantir le transfert des informations et permettre aux usagers de se prémunir des dangers de récupération illicite des informations, de détournement de biens et de malversation de données et de fonds. Se présente alors la nécessité de mettre en place des techniques de protéger la communication au moyen d’un code graphique secret, relevant de ce qu’on appelle désormais la cryptographie moderne

QU’EST-CE QU’AU JUSTE LA CRYPTOGRAPHIE ?

La cryptographie, considérée comme la science du secret, est restée longtemps l’apanage des services du chiffrement chez les militaires. L’on peut évoquer, à ce niveau les messages codés, ou la mise au point de la machine « Enigma » lors de la seconde guerre mondiale. Par ailleurs, le recours à la cryptographie ; a donné lieu à de multiples usages et applications, selon la nature de l’information à protéger. Les concepts de la cryptographie ont été ainsi élaborés, lesquels ont permis la mise au point, puis la mise en oeuvre d’un certain nombre de mécanismes spécialisés. L’on entend actuellement parler de cryptographie à clé secrète, standard de chiffrement AES, systèmes cryptographiques à clé publique (RSA, El Gamal, ECC, NTRU etc.), des codes d’authentification, des systèmes de partage de secret, des procédés d’identification, de signature numérique et de cryptographie dynamique et autant de domaines, autant de spécialistes et autant d’usages. EN QUOI LA CRYPTOGRAPHIE EST-ELLE UTILE ?

Pour mieux identifier ses objectifs, à court, à moyen et à long termes, pour une meilleure gestion de ses ressources humaines et matérielles, la société savante a placé l’information numérique et sa sécurité sous-jacente au coeur du système économique, administratif, social et politique. Ainsi, le développement d’un certain nombre d’activités relevant de la vie quotidienne tels que la télévision, la téléphonie mobile, les transactions bancaires, le commerce électronique, le vote électronique, la diffusion de contenu multimédia, les télé-procédures administratives etc. induit la nécessité de structurer autrement le monde numérique, qui échappe désormais au tracé physique des frontières, tant géographique que politique. En effet, l’organisation et l’accomplissement d’actes ponctuels d’informations, d’échanges et de services transcendent, grâce à l’outil mathématique et informatique, les limites spatio-temporelles des lieux et situations réels, et les contraintes des procédures étriquées d’administrations et de gestion traditionnelles, lesquelles sont en passe de devenir obsolètes. Par ailleurs, le recours aux outils mathématiques et à l’informatique, devient de plus en plus indispensable. Les avantages que l’on tire ne se mesurent pas seulement en terme de temps, mais aussi en terme de coût. La maîtrise du temps, la réduction des distances devenues quasi nulles, et la baisse du coût des échanges, ont largement contribué à conférer aux groupes et aux individus une grande marge de manoeuvre, plus d’autonomie voire une liberté sans frontières. A nous limiter aux seuls avantages qu’elle offre, l’utilité de la cryptographie par la sécurité hiérarchisée de l’information qu’elle nous donne est indéniable. 4 Toutefois, la difficulté de mettre en place une déontologie susceptible de s’imposer à tous les usagers de l’information numérique, l’absence d’une législation qui traite de tous les aspects qu’elle couvre, ne contribue pas à mettre l’information à l’abri des abus, et des manipulations d’individus ou de groupes sans scrupules. La dérive susceptible d’être engendrée par une liberté inconditionnelle dans la mise à contribution des possibilités et des opportunités qu’elle offre risque de porter préjudice au progrès qu’elle est censée servir et promouvoir. Protéger cette ressource est dorénavant indispensable à la pérennité de l’entreprise, à l’accomplissement des missions de l’état, à la préservation des libertés et des biens individuels et au développement de nouveaux services.

LA NECESSITE DE MAÎTRISER LES MOYENS DE SECURITE La fracture numérique présentée comme facteur objectif de discrimination dans les rapports Nord-sud, relève d’un constat limpide. Cependant, depuis quelques années, sa signification s’est davantage nuancée ; elle n’est plus tributaire de l’incapacité de disposer des nouvelles technologies de l’information et de la communication, devenues de plus en plus disponibles, mais dépend plus de la maîtrise des ressources qui en garantissent la sécurité de l’information.

QUEL SERA L’IMPACT ?

L’insertion de notre pays dans la société de l’information numérique est entrain de se réaliser à un rythme plus soutenu. Cependant, devons-nous continuer à demeurer dépendants de la recherche et de l’expertise étrangères en matière de sécurité de l’information, ou devons-nous développer des concepts scientifiques et un savoir faire, susceptibles de nous autoriser à voler de nos propres ailes, surtout que nous disposons de tous les atouts scientifiques pour ce faire ? C’est dans cette perspective que nous inscrivons les objectifs de notre association marocaine de cryptographie (AMC). C’est pour contribuer à relever le défi d’assurer à l’information : sécurité, authenticité et fiabilité que nous comptons développer, encadrer et orienter une recherche à la fois théorique et pratique en cryptographie mathématique moderne. Ceci en vue de promouvoir la sécurité de l’information, convaincus du fait que la généralisation de la sécurité de l’information sous la tutelle de la cryptographie moderne permettra à notre société de réaliser avec un moindre coût la mise à niveau, tant convoitée, de nos structures et institutions économiques, sociales, administratives et politiques.

 A. AZHARI